3 façons d’avoir une idée de start-up

Il faut l’admettre, il y a aujourd’hui différentes façons d’avoir une idée de projet à développer. Il peut s’agir d’identifier un problème ou de penser directement à une solution ou encore de fonctionner en termes de contraintes.

Identifier un problème

Généralement, c’est la façon la plus évidente de créer et développer quelque chose d’intéressant. Pour ce faire, il faut parvenir analyser les comportements d’utilisateurs propres à un marché. Il y a de fortes probabilités que l’identification d’un problème provienne initialement d’une intuition. Le plus gros travail à faire dans ce cas est de valider ou d’invalider son intuition.

La seule façon de procéder est de générer de l’empathie auprès des potentiels utilisateurs.

D’ailleurs, ce travail conduit souvent à la remise en question de ce que l’intuition avait dicté. Le problème identifié n’en est pas un ou encore le problème identifié est déjà résolu depuis longtemps par des solutions existantes.

Il est toutefois nécessaire d’admettre ceci : identifier un problème au lieu d’une solution immédiate est rarement facile. En effet, il s’agit de procéder à une réflexion de la plus analytique qui soit et, très souvent, l’on écoute son intuition puis on la justifie rationnellement.

Parce que cette approche est analytique et rationnelle, c’est celle que nous privilégions à Manager l’innovation.

Il est de même possible de partir de la solution.

Penser à une solution

Approche trop souvent mise en place sans méthode, penser à une solution est à la portée de bons nombres de personnes mais penser à une solution réellement utile, utilisable et utilisée reste à la portée d’un nombre restreint d’individus.

D’autres part, nombreux sont les porteurs de projets qui développent une solution sans penser réellement plus loin. Écouter seulement son intuition peut s’avérer très vite contre-productif qu’il s’agisse « d’identifier un problème » ou de « penser à une solution ».

Les conséquences relatives à la seconde approche sont toutefois pires car l’on peut se trouver en train de développer une solution élaborée avec une multitude de fonctionnalités, passer un temps fou et dépenser beaucoup d’argent pour qu’au final personne n’utilise ce qui a été créé.

Penser à une solution peut correspondre de même à simplement penser au moyen, à l’outil utilisé. Il est possible de se dire qu’il faut créer une solution qui utilise l’intelligence artificielle. C’est ici que l’on en vient à la dernière approche.

Penser en mode contrainte

Bien que rarement utilisée, il semblerait que cette approche soit extrêmement productive afin de lancer un projet. Il s’agit d’identifier un certain nombre d’opportunités et de définir des critères de choix.

L’on peut fonctionner à la manière d’un entonnoir qui à chaque passage de critère s’affine pour ne laisser place qu’à ce qui pourrait être intéressant. Par exemple, l’on peut choisir le criètre donné plus haut : la solution déployée doit disposer d’une technologie d’intelligence artificielle. De même, un autre critère peut être adossé à la viabilité du projet par exemple : la solution créée doit générer des revenus récurrents. Enfin, on peut penser à ajouter un dernier critère du type : la solution créée répond à un problème clairement identifié (avec preuve faite de l’étude réalisée).

Penser en mode contrainte reste toutefois réservé aux personnes expérimentés d’un secteur mais aussi des technologies et du marché. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous utilisons rarement cette méthode avec nos clients exceptés s’ils le demandent et s’en sentent capables.

N’hésite pas à commenter cet article pour poser tes questions !

Tu désires recevoir de nouveaux articles ? Abonne-toi à notre newsletter pour ne rien manquer (👉🏻 en pied de page !)

4 vues

N° Datadock : 0079624

NDA : 94202110220

  • Facebook manager l'innovation
  • Instagram Manager l'innovation
  • LinkedIn Manager l'innovation

©2019 par Manager l'innovation France